Conversation avec une survivante de l'holocauste, Alice Herz Sommer.
 

Une leçon de vie et d'amour de la musique : Aujourd'hui âgée de 108 ans, Alice Herz Sommer joue toujours plus de deux heures de piano par jour. Rescapée des camps, déportée au camp de Theresienstadt (Terezin), survivante de la Shoah qui a décimé une partie de sa famille. Elle nous explique sa philosophie qui lui a permis de traverser les terribles épreuves de sa vie...
     

 "La haine ronge l'âme de la personne qui hait, pas de celle qui est haïe"



Un siècle de sagesse condensé en douze petites minutes.

 

 

Interview réalisée par Anthony Robbins.
Traduction : Bernard de Bézenac


Biographie

Alice naît à Prague, Autriche-Hongrie, avec sa sœur jumelle Mariana, en 1903, de Friedrich et Sofie Herz. En 1931, elle épouse un musicien, Leopold Sommer, et donne naissance à un fils Raphaël en 1937. Après l'invasion de la Tchécoslovaquie par les nazis, la plupart des membres de sa famille et ses amis émigrent en Palestine via la Roumanie, y compris Max Brod et son frère Félix Weltsch, mais Alice Sommer-Herz reste à Prague. En 1942, sa mère, âgée de 72 ans, malade est déportée et meurt peu après. Un an plus tard, Alice Sommer-Herz, son mari et son fils sont envoyés au camp de concentration de Theresienstadt. Avec d'autres musiciens, Alice Sommer-Herz donnera plus de cent concerts dans le camp. Après quelques mois, Léopold son mari est envoyé à Auschwitz et meurt à Dachau en 1944. Après la libération soviétique de Theresienstadt en 1945, Alice Sommer-Herz retourne à Prague et en mars 1949 émigre en Israël pour y rejoindre sa famille. Elle vit en Israël et travaille comme professeur de musique à Jérusalem jusqu'en 1986, quand elle décide de suivre à Londres, son fils, un violoncelliste accompli qui s’est établi en Grande-Bretagne.

En 2001, son fils, Raphaël Sommer, meurt lors d’une tournée du Solomon Trio en Israël.

À 103 ans, elle retrace sa vie dans un livre, Ein Garten Eden inmitten der Hölle. Ein Jahrhundertleben : Das Jahrhundertleben, signé par Melissa Müller et Reinhard Piechocki et paru en 2006 aux éditions allemandes Droemer/Knaur. Un bestseller traduit en 7 langues sous des titres fidèles : A Garden of Eden in Hell, Un jardin au milieu de l’enfer. Deux films émouvants souvent primés ont élargi l’audience de cette pianiste dans le monde : We Want the Light et Everything Is a Present (réalisés par Christopher Nupen).

Christopher Nupen connaît Alice Sommer Herz depuis 30 ans. Everything Is a Present, rythmé par des airs de Schubert, Smetana, Beethoven interprétés par Alice Sommer Herz, a été diffusé sur Arte en novembre 2011.

Alice Herz-Sommer dit dans ce documentaire qu'elle n’éprouve aucune haine, ni pour l’Allemagne, ni pour les Allemands : « La haine amène la haine ». Cette dame sage estime que le bien et le mal cohabitent dans tous les êtres humains. Les secrets de sa longévité ? Selon elle, son optimisme et sa discipline. Alice Sommer Herz a pratiqué la natation quotidiennement  jusqu’à l’âge de 97 ans et, à l'âge de 107 ans, joue toujours du piano deux heures et demi chaque jour.

En 2010, le ministre tchèque de la Culture lui décerne le prix Artis Bohemiae Amicis, distinguant « les personnalités ayant contribué à la promotion de la culture tchèque à l’étranger ». S.E. Michael Zantovsky, ambassadeur de la République tchèque en Grande-Bretagne, lui remet ce Prix à Londres le 26 novembre 2010.    

                                                                                                                                                                             

 

Tag(s) : #L'Eveil des consciences
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :